[08 48] très belle équipée, on va

PROCÉDURE

pendant 30 mn environ
noter les phrases diffusées sur les ondes (tv, radios)
sont retranchés certains mots (manque de rapidité ou choix instinctif)
reste un texte court – en titre l’horaire de fin de la prise de note, suivi des 5 premiers mots

cf VISÉE

 

 

très belle équipée, on va pouvoir finir de le vider correctement, on va le mouiller, mon secteur de travail c’est tout le nord est, avec les communes riveraines, on essaie d’accompagner des gens de tous les horizons, c’est pas très répandu, c’est quand même assez récent, mais ça a tendance à se développer de plus en plus, il a toujours été présent avec des densités plus ou moins élevées, ils ont été lâchés avec beaucoup de succès, ils ont colonisé tout le département, plus dans les zones historiques, on le met dans un gant pour atténuer le souffle, pour que ce soit pas effrayant, je donne trois ou quatre coups que j’espace de plusieurs minutes, dans une parcelle de grand bois, ça peut venir très très vite, ça permet de plonger dans l’intimité, nous sommes bien loin de la mauvaise image qu’on nous donne, y’a un plan d’eau, une bastide du XIIe siècle élue le plus beau village de France, l’appeau c’est pour pas effrayer, j’utilise une tenue camouflée, celle-ci présente l’avantage d’être perforée, ça permet une tenue aérée très agréable, j’utilise aussi des gants et une voilette, j’utilise une fiole remplie de talc pour prendre le vent, aussi des distributeurs de bulles, il faut des jumelles polyvalentes, avec la courroie matelassée, on peut passer de longues heures sans se fatiguer, elle s’est retournée plusieurs fois, elle n’a pas bougé, il a quand même une grosse tête, une belle face grise, ça fait partie de son histoire comme on dit, y’a de la résine, des arbrisseaux qu’il a frottés, il donnait encore pas sa part au lion, ça procure une belle émotion, c’est la fin d’une histoire, bon maintenant on va le vider, il est déjà huit heures, il fait déjà chaud, je mets toujours des gants, ça évite d’avoir les mains trop sales, également pour des questions sanitaires, on va aller le mettre dans la chambre froide, ce matin le jour s’est levé un petit peu tard, on a attaqué au-dessus d’un bois, on avait vraiment une belle vue, au moins trois ou quatre cent mètres, d’un coup il a disparu, on a réussi à contourner la haie, c’était difficile à cause du talus, il avait traversé la haie, il était en train de manger, il a été foudroyé sur place, nous l’objectif, c’est comme d’habitude, pas le faire souffrir, magnifiques perlures, grosse meules, gros pivots, pas tout jeune, c’est toujours sympathique de s’arrêter, c’est très agréable, il a pas toujours bonne presse mais il est très intéressant, malin, difficile, pas deux qui se ressemblent, ça rajoute du piment, c’est toujours une surprise, c’est une note supplémentaire, ça fait regain d’activité, parce que c’est estival, comme ça on n’est pas obligés de se cantonner rien qu’à l’automnal et à l’hivernal, c’est toujours dans la joie, avec un esprit novateur que nous vous proposons des tutos basiques comme des tutos spécialisés, il collectionne les indices de ceux qui se cachent dans l’est, au sommet de son art, il ne laisse rien au hasard, c’est une charge quotidienne de travail pour le pourvoyeur, parle-nous de la question du territoire ? c’est la limite nordique, toi, sur le terrain, tu as une équipe, il faut contrôler les loups et les coyotes, t’es jamais capable de faire le ménage complètement, là on en a deux, ils ont pas l’air gros, c’est correct, c’est un jeune de l’année, on va porter ça, j’étais toujours sous la tente, c’est pittoresque, est-ce que le froid a une influence ? ça débute aux mêmes dates, mais ça le rend plus intense, c’est encourageant, y’a des pistes partout, la période de reproduction dure à peine deux semaines, la belle nature, il faut une tenue blanche, un bon souper, cette semaine du cerf en brochettes, le secret c’est la marinade, des ingrédients secs assez gros, un peu de cumin, faut pas avoir peur d’en mettre beaucoup, on brasse comme il faut, un petit filet d’huile, une goutte d’huile quand même, je remets de l’huile dans le poêlon, on sent tout ce qui a été à l’intérieur, brochettes de cerf, bon appétit, dans ton arbre, tu dois te sentir en sécurité, ici on aime les épreuves, le premier mâle est imposant et fier, notre animateur regrette de l’avoir laissé passer, cette fois-ci un colosse, le genre de ceux qui marquent une vie, croyez-le ou non, cette bête imposante vous attend, les mots chaleur corporelle reviennent sur toutes les lèvres, la première peau du sous-vêtement n’absorbe pas, la deuxième couche en forme de canaux circulaires retient la chaleur, la troisième couche procure l’aération nécessaire, on chasse beaucoup, loutres, castors, définitivement, y’a de la plume, après cinq ans de patience, on va pouvoir traquer l’ours noir, dans le transport, je me rends compte que ma crosse s’est brisée, j’ai été obligé de rajouter du ruban, j’espère que ça ne va pas trop influencer la précision, ponctuelle, la grosse bête noire est là, la masse foncée s’avance, trop lourd pour être agile, il fait vibrer son surplus de poids à chacun de ses mouvements, cette fois-ci la cible s’immobilise, on peut s’attendre à voir cracher le feu