visée

    textes / inventaire / expérience / sismographe 

 

-« Le langage est vraiment une chose vivante, douée d’une robuste vitalité. Le langage est comme une graine qui pourrait non seulement endurer toutes sortes de conditions extrêmes mais aussi y prospérer. » (Christian Bök, cité dans L’écriture sans écriture de K. Goldsmith, traduit par F Bon)
« […] en ne s’exprimant pas lui-même [Bök] rend le chemin libre pour que la langue s’exprime pleinement par elle-même. »
-il s’agit de : travailler à la fabrication d’une « chambre d’écho, en écoutant avec une attention maximum le vomissement d’une émission de télévision » (/de radio, cf K. Goldsmith)

 

 

examiner, en l’écrivant, le flux de langage disponible à l’écoute
(émissions de télé, de radio, discours & commentaires)
l’envisager comme matière
ce qui se dit – s’entend – une fois écrit, peut dévoiler quelque chose qui nous échappe alors que nous l’entendions sans y prêter attention

il s’agit ici d’inventorier, d’examiner et d’explorer les messages diffusés, reçus, subis, dans une sorte de mise à plat du langage

[pour ce qui en découle, voir le carnet de bord – impressions –, qui sera complété au fur et à mesure]

[voir en amont la procédure d’écriture, celle-ci étant rappelée à chaque entête de texte]

[voir les sources utilisées répertoriées par émetteurs]

*

*le titre, LA SUITE A SIX MINUTES, est tiré d’un poème de Maryse Hache
-lire Maryse Hache ici